Portefeuille – 23.03.2017

Portefeuille – 23.03.2017

Premier reporting.

Il me semble que cela fait sens de le commencer aujourd’hui dans la mesure où j’ai vendu ce jour pas mal de lignes pour me concentrer sur ma plus grosse conviction du moment et réduire à presque rien le montant des emprunts que je dois à IB. Le portefeuille est aujourd’hui extrêmement simple : (…)

Sears Holdings – Notes SRAC 6,875% due 15 octobre 2017

Sears Holdings – Notes SRAC 6,875% due 15 octobre 2017

En février, j’ai acheté cette obligation en grand quantité pour 25% de mon portefeuille, à un prix de revient de 90% de la face value. Cela m’offre un rendement potentiel de 18,75% en 8 mois et un YTM de 23%. (…) La combinaison entre le très faible risque que je perçois et le rendement très attractif qui était proposé m’ont poussé à investir beaucoup sur cet actif.

HHGregg : Une dernière taffe sur ce mégot de cigare ?

HHGregg : Une dernière taffe sur ce mégot de cigare ?

L’investissement est très risqué, la banqueroute (volontaire ou non) peut clairement arrivée très vite et dans ce cas l’investisseur perdrait tout son capital investi. En revanche, si les actions décidées récemment fonctionnent, il me semble qu’au cours actuel les gains seront très significatifs pour l’investisseur. On a donc du risque mais un reward potentiellement très intéressant. Le risque présent m’oblige à ne consacrer qu’une toute petite partie de mon portefeuille à cette action (HHGregg compte pour moins de 2% de mon portefeuille).

Pourquoi la décote importe moins à long terme que la qualité du business ?

Pourquoi la décote importe moins à long terme que la qualité du business ?

Je vais défendre ici la thèse que la décote sur actifs ou même sur bénéfices importe théoriquement moins pour l’investisseur à long terme que la qualité du business concerné. Je dis théoriquement car je conçois tout à fait qu’il est bien plus facile de trouver des business décotés que des business exceptionnels. Ceci est donc un exercice purement théorique, pour le plaisir de la réflexion et qui n’est pas nécessairement facile à intégrer dans un process d’investissement. Quand je parle…

Lire la suite Lire la suite

Bob Evans Farms : une transformation à quel prix ?

Bob Evans Farms : une transformation à quel prix ?

Le management a agi à merveille ces derniers mois, réduisant le risque assumé par les actionnaires (moins de dettes, et un business difficile qui n’est plus à gérer) tout en distribuant beaucoup à ces derniers (dividende spécial prévu pour 2017, buybacks en 2016).

Le business me semble excellent : de très bonnes marges, une position dominante et des opportunités de croissance. En revanche…

3 catégories de business

3 catégories de business

Les excellents business sont ceux qu’on peut se permettre de payer le plus cher. Tout comme, les « bons business » ils ont des bénéfices et des actifs qui peuvent être considérer comme safe. Mais la particularité majeure est que ces business sont capables de réinvestir les bénéfices à de haut taux de rendement (ajustés du risque). Chacun appréciera à…

H&M : Un changement de stratégie qui était prévisible

H&M : Un changement de stratégie qui était prévisible

Dans l’article intitulé « Zara : un modèle supérieur à celui d’H&M, Primark, Uniqlo et Gap ? », j’avais fait part de mon scepticisme quant à la stratégie d’expansion de H&M. Je trouvais la stratégie de Zara plus viable et rationnelle. Aujourd’hui, H&M décide de changer de stratégie…

Sears Holdings : une erreur ?

Sears Holdings : une erreur ?

J’ai ignoré, le fait que Lampert spinait systématiquement avec augmentation de capital (SHOS, Seritage) ou endettement (Orchard Supply, Lands End) pour financer son projet de transformation. Ce qui était un signal fort en faveur du fait qu’il comptait profiter des actifs pour financer la transformation plutôt que d’en faire profiter directement les actionnaires. D’ailleurs je n’ai surement pas pris suffisamment au premier degré la stratégie « funding our transformation »…

Pourquoi les prix des billets d’avions ne baissent pas à l’approche de la date de vol ?

Pourquoi les prix des billets d’avions ne baissent pas à l’approche de la date de vol ?

Bien au contraire, comme vous l’avez remarqué, et c’est le cas pour quasiment toutes les compagnies, les dernières places disponibles sont les plus chères. Le raisonnement fait partie de l’ensemble des procédés sophistiqués dits de « revenue management » qui ont été développés par…

Airlines : des exceptions ?

Airlines : des exceptions ?

Dans cette industrie extrêmement difficile, y a-t-il des exceptions ? Je ne pense pas qu’il y ait de véritable moat non-reproductible mais certaines compagnies peuvent s’en sortir mieux que les autres

Mauvais business et rachat d’actions = catastrophe ?

Mauvais business et rachat d’actions = catastrophe ?

Avec l’étude du cas Aeropostale Inc, je vais développer quelques arguments pour défendre la thèse qu’en ce qui concerne les mauvais business, les rachats d’actions systématiques comme stratégie d’allocation du capital, amènent souvent à léser les actionnaires long terme.

Teen Apparel Retail : Une des industries les plus difficiles au monde ?

Teen Apparel Retail : Une des industries les plus difficiles au monde ?

Tout d’abord, dans le retail, les marges sont très faibles (même si il y a des exceptions). Par conséquent, cela constitue un effet de levier important qui n’autorise aucune erreur dans la maîtrise des coûts. Si vous avec une marge opérationnelle de 5%, il suffit d’une augmentation de 5% des coûts pour détruire tout votre bénéfice.

Netflix : le champion de la SVOD ?

Netflix : le champion de la SVOD ?

Netflix est aujourd’hui le plus gros acteur de l’industrie SVOD (Subscrition Video On Demand).

Netflix propose à ses clients un abonnement mensuel de 7,99€ pour l’offre phare en France (les prix sont similaires aux US). En échange, l’entreprise fournit du contenu vidéo en streaming (séries, films, et documentaires). Les clients peuvent profiter de leur abonnement sur n’importe quel appareil (ordinateur, smartphones, télévision, tablette…) et bénéficier de l’algorithme de suggestion Netflix qui servira à leur proposer les meilleurs contenus en fonction de leurs goûts

Spotify, un avenir de cash-burn ou de cash-flow ?

Spotify, un avenir de cash-burn ou de cash-flow ?

Aujourd’hui, Spotify compte plus de 100 millions d’utilisateurs pour environ 40 millions d’abonnés payants. Avec Youtube, ils sont les deux plus gros acteurs de l’industrie de streaming de music.

Spotify gagne de l’argent de deux manières, d’une part, par la vente à des annonceurs de publicités diffusées aux utilisateurs de la version gratuite (10% du chiffre d’affaire mais 60% des utilisateurs) et d’autre part, par la vente d’abonnements mensuels (10€) pour les utilisateurs souhaitant une écoute libre, illimitée et sans publicité (90% du chiffre d’affaire pour 40% des utilisateurs).

Zara : Un modèle supérieur à celui d’H&M, Primark, Uniqlo et Gap ?

Zara : Un modèle supérieur à celui d’H&M, Primark, Uniqlo et Gap ?

Même si la concurrence est présente entre ces acteurs, la segmentation du marché (cf ci-dessus) fait que celle-ci n’est que partiellement frontale. Certains clients veulent absolument du très low-cost et vont naturellement se tourner vers Primark, alors que d’autres recherchent davantage du fashion abordable et iront plutôt vers Zara.

Aussi, en fonction de la zone géographique, la concurrence n’est pas la même. Difficile de concurrencer Zara (maison-mère Inditex SA) dans la péninsule ibérique ou de concurrencer Uniqlo (maison-mère Fast Retailing Co) au Japon.